• Les membres

    Le groupe de travail est composé de jeunes chercheurs et de jeunes chercheuses. Il est coordonné cette année par Corentin Durand et Alice Gaïa. Les ateliers sont animés par Elsa Besson, Julien Bourdais et Manon Veaudor. Le site est géré par Meoïn Hagège et Camille Lancelevée.
    Présentation des membres du groupe

  • Les travaux

    Le groupe « Traitements et Contraintes » se réunit depuis près de cinq ans. A partir d’un noyau de six doctorant.e.s de l’EHESS et de l’Université Paris 13, il s’est étendu aujourd’hui à une trentaine de doctorant.e.s et de jeunes chercheurs/ses de différents horizons qui travaillent sur des institutions ou des dispositifs à la croisée du social, du pénal et du médical avec des méthodes de recherche de type ethnographique.
    Liste de nos travaux

Prochain Atelier : 20 mai 2016

« S’orienter dans les trajectoires : retrouver et décrire des trajectoires institutionnelles »

Lors de la journée de réflexion collective du 17 décembre 2015, le groupe de travail qui portait sur les trajectoires s’est principalement intéressé aux méthodes employées pour recueillir des parcours institutionnels – voire multi-institutionnels. En raison de leurs dimensions temporelle et biographique, retracer ces trajectoires s’avère complexe.

Cet atelier propose de prolonger la discussion autour des problématiques conceptuelles et méthodologiques liées à l’étude des parcours institutionnels. A partir de nos objets communs (recueil de parcours d’anciens condamnés), ainsi que du croisement de nos disciplines (histoire et sociologie) et de nos matériaux de recherche respectifs (archives pénitentiaires pour l’une, dossiers judiciaires et entretiens auprès d’anciennes personnes condamnées pour l’autre), nous proposons d’interroger deux approches méthodologiques différentes et complémentaires permettant d’étudier les trajectoires institutionnelles. D’une part, l’approche institutionnelle consiste à saisir le point de vue de l’institution judiciaire ou pénitentiaire (à partir, ici, de données écrites). D’autre part, l’approche individuelle vise à recueillir le point de vue des personnes anciennement condamnées (à partir, ici, d’entretiens de récits de vie).

Plusieurs questionnements pourront alors être abordés : Quels termes utiliser pour parler de ces trajectoires (trajectoires, parcours, carrière, etc.) ? Comment les trajectoires sont-elles pensées et formalisées par les institutions, et à travers quelles catégories ? Pourquoi et comment analyser les trajectoires institutionnelles en dehors des institutions et au-delà des données que ces dernières produisent ? Quels sont les usages et les limites scientifiques de ces deux approches ?

Organisation : Alice Gaïa et Elsa Génard.

Rendez-vous :
Vendredi 20 mai de 10h à 12h
Maison de la Recherche, Salle 001
28 rue Serpente,
75006 Paris