Vianney Schlegel a soutenu sa thèse de sociologie le lundi 30 septembre 2019 à 13h dans la salle des évènements de la Faculté des Sciences économiques et sociales (bâtiment SH2) de l’Université de Lille.

Question sociale, question médicale.

La professionnalisation de la prise en charge des personnes sans-domicile en France.

Composition du jury

  • Maryse Bresson, Professeure à l’UVSQ, Printemps – Rapporteure

  • Didier Demazière, Directeur de recherche CNRS à Sciences Po Paris, CSO – Examinateur

  • Vincent Dubois, Professeur à l’Université de Strasbourg, SAGE – Examinateur

  • Dominique Duprez, Directeur de recherche CNRS à l’UVSQ, CESDIP – Directeur de thèse

  • Pascale Pichon, Professeure à l’Université de Saint-Étienne, CMW – Rapporteure

  • Bernadette Tillard, Professeure à l’Université de Lille, CLERSÉ – Directrice de thèse

 

Résumé

Alors que le nombre de personnes sans-domicile n’a cessé d’augmenter depuis les années 1980, la « question SDF » a fait l’objet d’une réponse sociopolitique de plus en plus spécialisée. Afin d’analyser cette réponse, la thèse étudie la professionnalisation de la prise en charge des personnes sans-domicile en France. Elle s’appuie sur une enquête ethnographique et par entretiens (n=77) réalisée dans divers dispositifs d’accompagnement et de soins : accueil de jour, centre de santé, dispositifs de veille sociale et sanitaire, hébergements médicalisés ou non, réunions et commissions partenariales. Des éléments statistiques et archivistiques complètent l’analyse. L’étude restitue d’abord le rôle déterminant des professionnels de santé dans la formation d’un espace pluridisciplinaire et spécialisé de prise en charge. Elle se focalise ensuite sur le quotidien du travail d’accompagnement et de soin : à travers une division du travail originale, travailleurs sociaux et professionnels de santé sont engagés dans des relations de coopération et de concurrence pour répondre aux problèmes qu’ils ont à traiter. L’analyse se concentre finalement sur les modalités de régulation et d’harmonisation des pratiques et des représentations professionnelles. La formation d’une culture professionnelle commune facilite les échanges et les passages de relais entre professionnels, tout en réaffirmant les domaines de compétences de chacun. Inscrite au croisement de la sociologie des groupes professionnels et de la sociologie des politiques sociales, la thèse montre la multiplicité des mécanismes et des processus à l’œuvre dans la professionnalisation de la prise en charge des sans-domicile. Celle-ci forme une juridiction partagée entre les professionnels du travail social et de la santé qui luttent, coopèrent et se coordonnent selon des modalités et des temporalités diverses pour prendre en charge la question SDF.