Activités 2014-2015

 

La pensée du néolibéralisme et la contrainte en institution : quelles théories des dispositifs contemporains? 

27 mai 2014

Journée d’études organisée par Yasmine Bouagga, Julien Bourdais et Manon Veaudor

Les travaux contemporains sur les institutions de traitements et contraintes mobilisent de façon récurrente la référence au « néolibéralisme ». Cette référence est utilisée à propos des  transformations des institutions, avec les reconfigurations de l’Etat, les nouvelles répartitions public/privé et le développement du management public. Elle est aussi mobilisée à propos des évolutions des modes d’intervention sur autrui, centrés sur le paradigme de l’autonomisation et du gouvernement de soi (Rose 1990). Enfin, la référence au néolibéralisme sert souvent à souligner les paradoxes d’une idéologie qui, tout en mettant l’accent sur les libertés, intensifie les formes de coercition (Harcourt 2011) et tend à remplacer une logique de normalisation par une logique de gestion des risques.

Les trois intervenants évoqueront les usages de la référence au néolibéralisme dans leurs travaux respectifs, portant sur différents types de dispositifs : la lutte contre la pauvreté, la santé mentale, la prison. Comment, dans ces domaines du social, du sanitaire, du pénitentiaire se manifestent des logiques néolibérales ? Comment les identifie-t-on dans des discours, des techniques, des pratiques professionnelles ? Comment affectent-elles les rapports aux publics, les cultures d’institution, et les usages de la contrainte ?

L’objectif de la journée sera de constituer une boîte à outils théorique pour le groupe Traitements et Contraintes afin de penser transversalement les processus à l’œuvre sur les différents terrains étudiés. C’est pourquoi l’après-midi est consacrée à un atelier participatif, visant à poser la question de l’opérationnalité de la référence au néolibéralisme.

Matin:

  • Elisa Chelle (chercheuse associée, PACTE, LIEPP) sur la post-managérialisation des politiques de lutte contre la pauvreté en France et aux Etats-Unis ;
  • Claude-Olivier Doron (maître de conférence, Paris VII), sur la généalogie du concept de santé mentale: une coïncidence inopinée avec les réformes néolibérales ?
  • Grégory Salle (chargé de recherche, CLERSE), questionnera l’hypothèse d’une pénalité néolibérale, à travers la commercialisation de la gestion carcérale et le développement de la probation

Après-midi

Atelier participatif sur l’usage de la référence théorique au néolibéralisme dans les enquêtes en cours. Les membres du réseau Traitements et Contrainte qui souhaitent participer enverront pour le 1e novembre un texte d’une à deux pages, discuté en table-ronde par les intervenants de la matinée et l’ensemble des participants, dans un esprit bienveillant.


De l’espace carcéral textuel à la prison construite et vécue ; théories pénitentiaires et expériences architecturales de la prison

26 janvier 2015

Journée d’études organisée par Elsa Besson et Oscar Vaz

 

Pour cette journée d’étude du groupe Traitements et Contraintes, le thème de l’espace carcéral est proposé, se situant dans la continuité des questionnements soulevés par la journée du 27 mai 2014, qui portait sur les approches empiriques des formes de régulation de la contrainte au sein des institutions sécuritaires. Il s’agit ici de proposer une réflexion croisée autour de trois domaines qui s’intéressent à la spatialité de la prison, à sa mise en/aux normes, et à ses usages : l’architecture, l’institution en charge du pénitentiaire et les sciences sociales. Sera interrogé le processus de fabrication de l’architecture carcérale, depuis la rédaction des cahiers des charges des établissements contemporains, élaborés par l’institution pénitentiaire, au travail de l’architecte face à des contraintes fortes, jusqu’à leur réception par les usagers, mise en lumière par l’approche ethnographique.

 

Programme de 9h à 12h30

9h30: Intervention d’Alexandra Delour et d’Anne Vuong (Bureau des affaires immobilières de la Direction de l’Administration Pénitentiaire) « Penser autrement les établissements pénitentiaires ».

10h: Intervention de Nicolas Kelemen (architecte): « Les lieux structurants de la vie en détention »

10h30: Intervention de Laurent Solini (Université de Montpellier 1, Laboratoire SantESIH, EA 4614) et de David Scheer (Doctorant en Criminologie, CRC / ULB, FNRS) : « Penser un espace « hors les murs » dans les murs. »

 


La sortie: interroger déprises et reprises institutionnelles

12 mars 2015

Journée organisée par Corentin Durand, Xavier de Larminat et Julie Minoc

 

A l’échelle des personnes, les temps de prise en charge sont pourtant souvent courts, et presque toujours temporaires. L’institution se présente alors avant tout comme un passage, parfois répété, parfois déterminant, dont il s’agit de comprendre les implications sur les trajectoires des personnes. En suivant les individus, et non plus seulement des populations administratives (patients, détenus, bénéficiaires, élèves …), on se donne les moyens de mettre en évidence d’éventuelles articulations entre des dispositifs aux finalités institutionnelles hétérogènes.

S’intéresser à la sortie d’institution, c’est par conséquent interroger autant les « déprises » que les « reprises » institutionnelles. C’est mesurer la porosité des frontières institutionnelles au prisme des conditions de possibilité des sorties, de leurs modalités, de la façon dont elles ont été décidées ou négociées, autant que de leur temporalité.

Contre la tentation de réifier institutions et dispositifs institutionnels, cette demi-journée d’étude explorera, à partir de divers terrains et objets de recherche, la question de la « sortie » sous l’angle des trajectoires des « sortants » envisageant tout aussi bien les passages entre institutions que les conditions et enjeux des « sorties institutionnelles ».

 

Programme de la matinée

PREMIER PANEL : TRAJECTOIRES INSTITUTIONNELLES DANS ET HORS LES MURS

Aline CHASSAGNE (LaSA, Université de Franche-Comté et INSERM) Temps médical et temps juridique : un problème de synchronisation ? La question de la sortie de prison pour les personnes détenues et gravement malades

Delphine MOREAU (LIER, EHESS) Ce que devient la prise institutionnelle hors les murs : écologie de l’intervention psychiatrique après l’asile

SECOND PANEL : LA SORTIE COMME ENJEU PERSONNEL ET INSTITUTIONNEL

Samuel NEUBERG (CMH, ENS) « Sortir du dispositif »: un aperçu des logiques pratiques de l’accompagnement social des bénéficiaires du RSA

Julie MINOC (Printemps, UVSQ) « Sortez-moi de là ! » : la régulation judiciaire des contestations de décisions de mise sous tutelles

 


ATELIERS DU GROUPE 2014-2015

27 octobre et 24 novembre 2014
Réunions d’organisation des ateliers participatifs d’écriture

25 novembre 2014
Atelier sur l’usage de la référence théorique au néolibéralisme dans les enquêtes en cours.

26 janvier 2015
Atelier sur le thème « représentations spatiales et catégorisations »

20 février 2015
Atelier sur les standards pénitentiaires et bonnes pratiques

12 mars 2015
Atelier sur les frontières institutionnelles

17 avril 2015
Atelier sur l’actualité des dispositifs et lieux d’enfermement